Culture et Agriculture réunis à Porto-Vecchio pour défendre les AOT

Plusieurs agriculteurs et musiciens se sont réunis dimanche 12 mai à 10h00 dans la salle de réception de l’hôtel Balamina à Porto-Vecchio, afin d’apporter leur soutien aux professionnels du littoral n’ayant pas obtenu leur autorisation d’occupation du domaine public.

La FDSEA de l’Extrême Sud de la Corse était représentée par Jean-Baptiste de Peretti (viticulteur)qui s’est adressé aux personnes présentes en ces termes :
« Merci d’être venus pour soutenir les travailleurs que nous sommes. La FDSEA de l’Extrême Sud est à vos côtés pour défendre notre droit au travail, notre droit à valoriser nos produits dont vous êtes la vitrine et les meilleurs promoteurs. Le monde agricole sera toujours à vos côtés afin de valoriser notre identité et participer à sa manière au nécessaire dialogue entre la CdC et la Préfecture dont nous estimons la prépondérance et son impérieuse nécessité ! »

Au fil des conversations avec les personnes présentes, le sentiment très fort d’un lien indéniable entre les différentes composantes des acteurs économiques du sud de la Corse était prégnant:
« Si nos ventes et nos prestations vont baisser cette année et c’est déjà le cas, vu la diminution des commandes dans les établissements concernés, il n’en est rien comparé à ce que seront les années suivantes lorsque la clientèle aura choisi d’autres destinations ou tout est fait pour l’accueillir. Sans vouloir cibler les élus de la CdC ou les services de l’état, s’ils ne se remettent pas autour de la table, ils porteront la responsabilité de cette catastrophe économique sans précédent dans l’extrême sud. » 

« Nous sommes tous concernés par cette atteinte au droit de travailler » reprendra un autre paillotier, tandis qu’un agriculteur  soulignera: « qu’au delà de la solidarité corse, qui ne fait que se renforcer lorsque l’on cherche à nous diviser, nous devons défendre aussi des lieux qui écoulent nos produits, qui valorisent notre travail et qui permettent à nos artistes de se produire et de se faire connaître.

Jean-Baptiste de Peretti précisera que les commandes, principalement celles concernant le vin rosé, ont déjà diminué de 50% par rapport à l’année dernière, soulignant que l’action menée ce matin l’est, uniquement sur un plan économique, et non politique. »

Une inquiétude qui gagne de très nombreux secteurs d’activités, puisque tous liés.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *